Appel de Strasbourg contre la sélection à l’université

En ce moment se mettent en place dans les lycées les nouvelles modalités d’orientations pour les élèves de classes de terminale, le système a été baptisé Parcoursup et fait suite au fameux et tant dénigré APB (à cause du tirage au sort).

Le texte n’a pas encore été voté par la représentation parlementaire que déjà les mesures décrites dans celui-ci s’appliquent, c’est inique pour une démocratie.
Même si le gouvernement répète à foison qu’il n’y aura pas de sélection, la réalité est tout autre, en effet, étant donné  :
primo des attendus (ex prérequis) flous définis nationalement,
secundo que chaque université, chaque licence pourra ajouter d’autres attendus différents d’un endroit à l’autre du territoire, et/ou aussi plus restrictifs pour par exemple n’attirer que les meilleurs bacheliers de tel ou tel lycée.  C’est donc une sélection sur dossier qui se met en place.

Pour ces raisons la FCPE 67 associée avec les syndicats enseignants du secondaire et du supérieur a fait adopter le 16 janvier 2018 à l’université de Strasbourg par une assemblée de parents, lycéens et enseignants une motion dite « appel de Strasbourg » .

Nous appelons tout le monde à user de tous les moyens légaux (par exemple de valider tous les vœux des élèves lors des conseils de classes) qui permettront de faire barrage à une réforme qui institue le tri social comme instrument de paupérisation du service public d’enseignement et de recherche. Nous demandons le retrait du projet de loi.

Un appel à une journée de grève et revendications a également été lancé pour le 1er février dans les lycées et universités.
► voir l’expresso du café pédagogique

► voir aussi l’article du Monde du 13 janvier 2018 « Pas de sélection à l’université, vraiment ?« 

Share